Voici encore une nouvelle preuve que le SDRC modifie le cerveau des malades. Cela nous amène encore à dire et redire que le SDRC est loin d’être anodin et surtout que l’on en GUÉRIT PAS

 

Résumé: des régions importantes du cerveau sont touchées:

La plasticité cérébrale est démontrée dans le syndrome de la douleur régionale complexe (SDRC), bien qu’on ne sache pas clairement comment elle se module à différents stades du SDRC. L’observation que les symptômes peuvent progresser au fil du temps suggère que le modèle des changements du cerveau pourrait également évoluer. Nous avons mesuré les changements structurels et fonctionnels ainsi que l’intégration sensorimotrice au début (ES) et au dernier stade (LS) du SDRC. Douze patients ES, 16 patients LS et 16 témoins appariés selon l’âge et le sexe ont été recrutés. Le volume de matière grise (GM) a été estimé en utilisant la morphométrie à base de voxel. La perfusion cérébrale a été mesurée à l’aide du marquage des spins artériels, car elle fournit une mesure de l’activité neurale au repos. La connectivité aux régions sensorimotrices a été évaluée en utilisant des images dépendant du niveau d’oxygène dans le sang. Le groupe ES présentait une réduction du volume et de la perfusion GM dans les zones associées à la perception spatiale du corps, au cortex somatosensoriel et au système limbique, alors que le groupe LS présentait une perfusion accrue dans le cortex moteur mais aucun changement dans le volume GM. Cependant, dans le groupe LS, le volume de GM dans les zones associées au traitement de la douleur était négativement corrélé avec les niveaux de douleur moyens, reflétant probablement une réponse à la douleur continue. De plus, la connectivité au cortex sensorimoteur a montré des perturbations dans les régions associées à la commande et à la planification motrices, ce qui implique une altération du contrôle moteur d’ordre supérieur. Le volume de GM dans les zones associées au traitement de la douleur était négativement corrélé avec les niveaux de douleur moyens, reflétant probablement une réponse à la douleur en cours. De plus, la connectivité au cortex sensorimoteur a montré des perturbations dans les régions associées à la commande et à la planification motrices, impliquant une altération du contrôle moteur d’ordre supérieur. Le volume de GM dans les zones associées au traitement de la douleur était négativement corrélé avec les niveaux de douleur moyens, reflétant probablement une réponse à la douleur en cours. De plus, la connectivité au cortex sensorimoteur a montré des perturbations dans les régions associées à la commande et à la planification motrices, impliquant une altération du contrôle moteur d’ordre supérieur.

Changements structuraux et fonctionnels du cerveau aux stades précoces et tardifs du syndrome douloureux régional complexe. - PubMed - NCBI
Preuve des changements du cerveau chez les personnes souffrant de SDRC - BLB Chronic Pain

Corine Cliquet

Infirmière, patiente experte ou ressource DU: d'éducation thérapeutique du patient formatrice: ETP, santé fondatrice, présidente de la fédération d'associations Thera Wanka Psycho-praticienne en EFT (techniques de Libération émotionnelle) Praticienne en relation d'aide pour patients SDRC et les patients atteints de douleurs chronique