Voici encore un des effets néfastes du SDRC (syndrome douloureux régional complexe ou SDRC1= algodystrophie, SDRC2= algoneurodystrophie): l’atteinte de la mémoire à court terme, ce qui peu engendrer des impacts négatifs sur la vie de tous les jours, chez les patients atteints par ce syndrome. Cela a bien été démontré lors des recherches. La recherche a démontré que les personnes atteintes de SDRC présentent régulièrement des changements dans le fonctionnement du cerveau.

Beaucoup de patients SDRC ont des troubles de la mémoire à court terme, sur l’attention: se sont les fonctions exécutives du cerveau qui contrôlent le comportement d’une personne. Souvent nous avons l’impression d’être atteint de “l’Alzheimer”, tant nous sommes obligés de chercher nos mots afin de finir nos phrases.

 

Les causes:

Difficile de savoir si cela est causé par des changements structurel réels du cerveau, ou si c’est symptomatique associés à d’autres facteurs du SDRC.

Chez les patients SDRC beaucoup de facteurs peuvent rentrer pour le blocage de la mémoire à court terme: le manque de sommeil lié aux douleurs, la dépression (qui apparaît à cause des douleurs).

Mais c’est bien connu aussi que l’absence de mémoire peut-être lié aux effets secondaires de certains médicaments: les opioïdes, Tramadol, antispamodiques, la kétamine….

Certains professionnels de la santé opte que la perte de mémoire peut-être le résultat d’un dysfonctionnement dans une partie du cerveau appelée : le système lymbique qui joue dans le contrôle de l’humeur et de l’instinct.

L’imagerie a démontré que la fonction est altére dans plusieurs régions du cerveau. En particulier dans le cortex moteur (mouvement volontaire). Cela est très accentué chez les personnes SDRC souffrant de dystonie

Comme le SDRC est très complexe, la nature de ce lien reste encore inconnue

 

Que pouvons-nous faire?

Faire des activités qui peuvent aider à soulager les douleurs, mais aussi à entretenir le cerveau: brainStorming, prendre des notes, la lecture, la méditation, le yoga.

Mais nous savons de plus en plus que le cerveau peut s’adapter et guérir et pour l’aider faire des activités qui vont entretenir le cerveau,

 


Corine Cliquet

Infirmière, patiente experte ou ressource DU: d'éducation thérapeutique du patient formatrice: ETP, santé fondatrice, présidente de la fédération d'associations Thera Wanka Psycho-praticienne en EFT (techniques de Libération émotionnelle) Praticienne en relation d'aide pour patients SDRC et les patients atteints de douleurs chronique