Médias ou presse

Vous êtes journalistes et vous êtes intéressés de faire un article sur l’association Thera Wanka, voici le communiqué de presse que vous pouvez utiliser:

Thera Wanka : pour en finir avec la douleur !

 

C’est une association encore jeune mais qui attire déjà tous les regards. Créée par une infirmière motivée et dynamique, l’association Thera Wanka lance de grands projets…

En créant Thera Wanka, Corine Cliquet veut informer et sensibiliser. Il faut dire que l’algodystrophie, l’algoneurodystrophie, ou le Syndrome douloureux régional complexe (SDRC) sont des maladies peu connues. Un déficit d’information qui a des conséquences sur les soignants et les patients. Retard de diagnostic et traitements aléatoires sont encore aujourd’hui le résultat d’un manque cruel d’études et de recherches scientifiques sur ces maladies.

“Il faut agir et réagir”, explique Corine Cliquet. “Etant concernée par le Syndrome douloureux régional complexe à double titre de soignante et de patiente, je souhaite faire sortir cette maladie de l’ombre, que la souffrance des patients soit entendue et comprise.” 

 

Création d’un pôle antidouleur

Pour atteindre ces objectifs, en plus de l’association, Corine Cliquet fédère une équipe de professionnels dans le but de créer un pôle professionnel douleur. Médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, psychologues, sociologues, diététiciens, ostéopathes, art-thérapeutes… sont conviés à participer, chacun dans leur discipline, pour une meilleure connaissance et prise en charge de la maladie.

Au programme, des ateliers d’éducation thérapeutique du patient, de l’autohypnose, des conférences et des réunions, des animations, des groupes de paroles, et des collectes. Avec au bout, l’espoir d’atteindre le maximum de personnes pour contribuer à faire connaître, informer, et soulager toutes celles et tous ceux qui sont atteints du Syndrome douloureux régional complexe, mais aussi d’aider tous ceux qui sont atteints de douleurs avec des pathologies différentes du SDRC. Responsable d’association, petite ou grande, représentant une pathologie inconnue ou mal connue, non prise en charge, sachez qu’il vous sera possible d’intervenir au sein du pôle douleur ; ainsi les professionnels de santé du pôle pourront se former à votre pathologie grâce à vos connaissances.

Si vous voulez, vous aussi, participer à cette belle aventure, comme membre de l’association ou professionnel pour le pôle antidouleur, vous pouvez contacter Corine Cliquet. Une permanence est assurée les mercredis de 14h à 16h à la Maison des Sociétés (rue Saint-Jean à Valence), après prise de rendez-vous en téléphonant au 06 .. .. .. .. (du lundi au vendredi 9h 30 – 12h / 14h – 16h 30).

Me contacter pour le n° de téléphone:

Nous contacter