Voilà encore un médicament qui est souvent prescrit pour les patients SDRC: la kétamine. L’ANSM met en garde contre des risques hépatiques graves

 

Attention à la kétamine:

Informations prises sur médisite

L’agence nationale de sécurité du médicament met en garde les anesthésistes et réanimateurs contre cette dernière. Dans un communiqué du 7 novembre 2018, les experts alertent sur un risque “d’atteinte de la vessie et des reins, un risque de perturbations hormonales et des troubles du foie “lors d’utilisations prolongées et/ou à doses élevées” de ce traitement. “La kétamine est un anesthésique général non barbiturique, d’action rapide”, explique le Vidal. Elle est utilisée en cas d’anesthésie ou comme antalgique dans les douleurs neuropathiques chroniques persistantes.Son utilisation est encadrée par l’ANSM depuis 2010 pour les douleurs réfractaires mixtes ou en cas de recours à la réalisation de soins douloureux.

Dans son communiqué l’ANSM met en garde contre les utilisations prolongées de ce traitement et le recours hors AMM, car en cas d’abus et de mésusage voici les effets secondaires qui auraient été déclarés :

– atteinte uro-néphrologique : une hématurie, une insuffisance réanle aigüe, cystite non infectieuse.

– Atteinte endocrinienne : augmentation de la cortisolémie ou de la prolactinémie.

– Atteinte du foie : une cholangite pouvant être sévère, certains cas ayant mêm mené ” à des transplantations hépatiques”.

A la moindre suspicion de trouble du foie, l’ANSM recommande un arrêt du traitement. En cas d’effet secondaire, l’agence recommande de le rapporter auprès de “votre Centre Régional de Pharmacovigilance ou sur www.signalement-sante.gouv.fr.

Encore un médicaments qui détruit la santé des patients SDRC

Cette dernière est souvent prescrite “pour soi-disant” soulager les patients SDRC, ce qui est malheureusement faux, car les patients doivent retourner souvent en centre anti-douleur, ceci afin d’avoir leurs doses. Chez certains patients cela les calme juste une semaine, d’autres plus longtemps. Mais elle ne résout pas les douleurs, dès son arrêts,ces dernières reviennent

Quand allons-nous arrêter de nous empoisonner?

 

Catégories : Les traitements

Corine Cliquet

Infirmière, patiente experte ou ressource DU: d'éducation thérapeutique du patient formatrice: ETP, santé fondatrice, présidente de la fédération d'associations Thera Wanka Psycho-praticienne en EFT (techniques de Libération émotionnelle) Praticienne en relation d'aide pour patients SDRC et les patients atteints de douleurs chronique