Imagerie mentale & miroir

L’imagerie mentale & miroir dans le traitement des patients atteints de SDRC, algodystrophie, algoneurodystrophie.

Cela peut parfois donner de bons résultats pour les patients atteints du syndrome.

 

L’imagerie mentale peut aider les patients atteints de SDRC d’avoir une amélioration dans la gestion des douleurs

Ce traitement est aussi utilisé dans les amputations afin d’éviter d’avoir le syndrome du membre fantôme.

Grâce à l’imagerie mentale, beaucoup de patients arrivent à mieux gérer leurs douleurs

Dans le SDRC, algodystrophie, algoneurodystrophie: Un moyen de restaurer une intégration normale des informations sensorielles et motrices pourrait être de «manipuler» les informations reçues par le cerveau.

Le traitement par imagerie motrice peut être considéré comme une méthode élégante, peu coûteuse, non invasive et sans effet secondaire grave, susceptible d’apporter des améliorations cliniques significatives chez des patients souffrant de pathologies restant difficiles à traiter. Un autre avantage de cette méthode est qu’elle nécessite peu de supervision du patient, ce qui favorise une stratégie de gestion active des symptômes par ce dernier.

Deux hypothèses, à vérifier, peuvent être avancées pour expliquer ces résultats. La première fait appel au fait que les patients souffrant de SDRC ont tendance à exclure le membre atteint de leur schéma corporel. Le traitement par miroir, en focalisant l’attention sur le membre atteint, pourrait contribuer à inverser ce phénomène. La seconde se base sur la supposition que la thérapie par miroir restaure la congruence entre l’intention motrice et le feed-back visuel

L’article sur l’imagerie mentale & miroir: