Douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques:

Les douleurs neuropathiques ne répondent pas aux antalgiques, d’ou la difficulté de soulager les patients. Les douleurs neuropathiques sont très complexes à soigner

Définition:

La douleur neuropathique est définie: comme une douleur secondaire à une lésion ou une maladie affectant le système somato-sensoriel. ainsi, près de 7% de la population souffre de douleurs chroniques avec les caractéristiques d’une douleur neuropathique soit un quart des patients douloureux chroniques. Par conséquent, elle diffère de la douleur nociceptive par les mécanismes, la distribution, les symptômes et le traitement.

Elle est de deux types:

La douleur neuropathique périphérique : selon son origine, elle peut concerner les territoires d’un plexus (brachial…), d’une racine (L4, L5, …), d’un tronc (nerf cubital, sciatique poplité externe …) ou être plus diffuse dans le cadre de polyneuropathies. ainsi, de façon très schématique, son mécanisme fait appel à une suppression des phénomènes inhibiteurs et/ou à la survenue de décharges ectopiques sur les fibres nociceptives.

La douleur neuropathique centrale : ici,  il s’agit de lésions affectant les voies sensitives ou du contrôle de la douleur. Leur systématisation est donc  caractéristique du niveau d’atteinte : thalamus, moelle …

Donc, ces douleurs présentent la particularité de répondre peu ou pas aux antalgiques usuels. Puisque, les mécanismes physiopathologiques impliqués sont donc différents des douleurs nociceptives. De même, les divers travaux expérimentaux ont permis de préciser les mécanismes impliqués. Malgré la présence initiale d’une lésion périphérique (traumatisme, névrome…) il est actuellement admis qu’il existe assez rapidement des modifications importantes à la fois périphériques mais aussi centrales. En particulier au niveau de la corne dorsale de la moelle à l’origine des phénomènes douloureux.

C’ est la conséquence directe d’une lésion ou un dysfonctionnement pathologique du système nerveux central ou périphérique.

Tableau clinique:

• Pathologie pouvant expliquer la lésion ou le dysfonctionnement du système nerveux.

• Sur le plan subjectif : 2 composantes, isolées ou associées:

– composante permanente : fond douloureux souvent décrit comme une brûlure, un étau, des tiraillements, picotements et fourmillements

– composante paroxystique : douleur fulgurante à type de décharges électriques, de coups de poignard se répétant spontanément et/ou lors d’un contact avec la zone douloureuse (zone gâchette) et/ou lors de certains mouvements

• Sur le plan objectif :

– altération de la sensibilité

– hypoesthésie, anesthésie

– hyperalgésie, allodynie (douleur provoquée par un stimulus non nociceptif)

– si nerf mixte : déficit moteur possible

– autres signes pouvant rendre compte de l’atteinte centrale ou périphérique

Outil d’aide au diagnostic:

Le questionnaire DN4 est un outil de dépistage des douleurs neuropathiques.

Questionnaire qui devrait-être connu de tout les professionnels de la santé.

Il comporte 7 items pour l’interrogatoire du patient et 3 items d’examen clinique.

Ces 10 items sont regroupés dans 4 questions :

  • Questions 1 et 2 (7 items) : le praticien interroge le patient et remplit le questionnaire.
  • Questions 3 et 4 (3 items) : à partir de l’examen clinique, le praticien remplit les données.

A chaque item, il doit apporter une réponse OUI ou NON.

A la fin du questionnaire, le praticien comptabilise les réponses,

1 pour chaque OUI et 0 pour chaque NON.

La somme obtenue donne le score du patient, noté sur 10. Si le score du patient est égal ou supérieur à 4/10, le test est positif.

Si vous voulez en savoir plus sur les douleurs neuropathiques: