Diagnostic simple du SDRC

Diagnostic simple du SDRC:

Le diagnostic du SDRC peut se faire simplement, avec des questionnaires, se qui prime chez le patient SDRC c’est d’abord la clinique. Les examens comme la scintigraphie ne sont pas obligatoires et souvent ne servent à rien

Le diagnostic peut se faire grâce à ce questionnaire, avoir en tête que chaque patient  est différent et que chacun fait son SDRC. Ne jamais généraliser avec ce syndrome, mais faire en fonction du patient.

Un patient diagnostiqué tôt est un patient qui a de meilleure chance de n’avoir aucune ou peu de séquelles. IL faut avoir en tête que ce syndrome peut:

  • Chez 10% des patients le syndrome peut se généraliser
  • Ce syndrome peut laisser des séquelles, handicaps
  • Ce syndrome joue sur les organes internes, puisque le système nerveux central est touché, ainsi que le système nerveux sympathique et parasympathique

D’où l’importance du diagnostic qui doit-être rapide . Avoir toujours en tête qu’un patient qui à déjà fait un SDRC est susceptible d’en refaire un autre.

SDRC: Liste de contrôle DIAGNOSTIC

DE IASP (CRITÈRES DE DIAGNOSTIC “Budapest”, 4e éd.) 2013

Voir le questionnaire

Critères de diagnostic du SDRC:

Voici un PDF très intéressant qui explique les différents critères de diagnostic pour le SDRC, il faut maintenant retenir les critères retenus dans le tableau n°3

A lire, à bien retenir, c’est important pour nous  patients atteints du SDRC

Spicher et al. Doul et Analg 2014

Physiopathologie, le diagnostic et le traitement du SDRC

Voici un article très bien fait, avec de superbes explications sur le diagnostic physiopathologie & le traitement du SDRC.

Cet article permet de faire comprendre comment diagnostiquer le SDRC ou algodystrophie & algoneurodystrophie.

Article qui date de juillet 2015, ceci devrait faire partie des cours en médecine, afin que les patients ce syndrome soient mieux considéré, mais aussi pour une prise en charge précoce, si un patient est prit dans les 3 mois meilleure sera la récupération et ainsi pouvoir rentrer en rémission plus tôt.

Le SDRC est bien reconnu est une pathologie chronique, principalement neuropathique et en partie trouble de la douleur musculo-squlettique, souvent associé à des troubles végétatifs. Il est divisé en deux parties, ce qui reflète l’absence ou la présence d’une lésion neuropthique.
Le SDRC peut-être distingué des autres types de douleurs neuropathiques par la présence de propagation régionale.

Voir le questionnaire