Comment évaluer sa douleur?

Comment évaluer sa douleur?

Il existe différents moyens pour auto-évaluer sa douleur: échelles dites d’auto évaluation ; elles ne mesurent que l’intensité ; elles sont d’utilisation facile et rapide.
En pathologie aiguë, post-opératoire par exemple, elles sont suffisantes.
Dans les cas de douleur chronique, il est indispensable de recourir à des échelles plus complexes permettant de tenir compte des autres composantes de la douleur comme les questionnaires.

L’échelle visuelle analogique (EVA)

C’est la plus utilisée et la plus fiable. Mise au point pour la cotation de la douleur par Huskisson en 1974
Elle se présente sous forme d’une ligne droite de 100 mm
Cette échelle est composée, côté verso d’une ligne horizontale allant de « pas de douleur » à « douleur maximale imaginable ».
Cette ligne représente « un thermomètre » de la douleur et que le côté gauche correspond à « pas de douleur », l’extrémité droite correspondant à « douleur maximale imaginable ».
Le patient indique, avec le curseur, son niveau de douleur sur la ligne.
Le score de la douleur s’affiche sur le recto de l’échelle.

L’échelle verbale simple (EVS):

Parfois plus accessible au patient car moins abstraite. Elle lui propose une série de qualificatifs hiérarchisés allant de douleur absente à douleur intense en passant par douleur faible et modérée.
Pour préciser l’importance de la douleur, il faut répondre en entourant la réponse correcte pour les 3 types de douleur : douleur au moment présent / Pas de douleur / douleur maximale imaginable:

01234
absentefaiblemodéréeintenseextrêmement intense

L’échelle numérique:

Note de 0 à 100 que choisit le patient pour exprimer l’intensité de la douleur, 0 étant l’absence de douleur et 100 la douleur insupportable.
Comme pour les deux échelles précédentes, la réponse peut être verbale ou écrite.
Cette échelle s’utilise aussi avec une réglette graduée au lieu d’un document papier.
Le côté ” muet ” de la réglette est présenté au patient, qui fait glisser le témoin.
Du côté du thérapeute est inscrit le chiffre à reporter.
Il faut entourer la note de 0 à 10 qui décrit le mieux l’importance de la douleur pour chacun des 3 types de douleur.

La note 0 correspond à “pas de douleur “. La note 10 correspond à la ” douleur maximale imaginable “.

Douleur au moment présent : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Pas de douleur 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Douleur maximale imaginable 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

L’échelle Verbale Relative (EVR):

Une liste de mots est utilisée pour décrire une douleur.
Pour préciser le type de douleur ressentie habituellement (depuis les 8 derniers Jours), il faut répondre en mettant une croix pour la réponse correcte.
0 1 2 3 4
Absent faible modéré fort extrême
Non un peu beaucoup extrêmement fort

Voici la liste des mots pour les douleurs:

Elancement, pénétrante, décharges électriques, coups de poignard, en étau, tiraillement, brûlure, fourmillements, lourdeur, épuisante, angoissante, obsédante, insupportable,énervante, exaspérante, déprimante

Chez les patients atteints de SDRC les douleurs peuvent-être différentes car chaque patients fait sa propre SDRC

Le QDSA (Questionnaire Douleur Saint-Antoine):

institut-upsa-douleur-echelle-questionnaire-st-antoine

Carnet d’évaluation de la douleur:

institut-upsa-echelle-feuillet-evaluation-douleurs-carnet-patients

Schéma corporel des zones douloureuses:

institut-upsa-douleur-echelle-schema-corporel-zones-douloureuses