Chirurgie orthopédique: aggravation de la douleur

Voici une étude faite à l’hôpital de l’Université d’Oslo. Cette étude démontre qu’il y a une aggravation des douleurs après une chirurgie orthopédique lorsque le diagnostic de SDRC a été retardé.Il y a un délai de 3,9 ans avant le diagnostic du SDRC ce qui est inacceptable. Un manque d’attention aux signes plus subtils de dysautonomie peut être un facteur important pour le diagnostic SDRC manquant, en particulier chez les patients ayant déclaré une sérieuse aggravation de la douleur après la chirurgie orthopédique ultérieure. Il est fortement recommandé d’envisager le diagnostic du SDRC chez tous les patients avec une maladie de la douleur de longue durée. Ce n’est  pas une critique de la pratique chirurgicale orthopédique, mais comme une discussion pour une prise de conscience accrue  et la compréhension de cette maladie de la douleur invalidante.

Il est vraiment urgent que l’on porte un regard nouveau sur ce syndrome, que le monde médical s’y intéresse fortement afin que les patients aient une meilleure prise en charge, dans des délais rapide. Ça fait plusieurs articles ou je souligne l’importance d’une prise en charge précoce du patient atteint de SDRC, que toutes personnes travaillant dans le milieu médical (médecins, chirurgiens, radiologues kinésithérapeutes, infirmières….) sachent reconnaître, mais aussi écouter les patients atteints de SDRC, faire la différence entre le SDRC de type 1 & 2 (je le répète ce n’est pas la même chose).

Plus un patient sera prit en charge, reconnu comme patient atteint de SDRC et il aura plus de chance que ses séquelles soient minimes et aussi moins de souffrance

L’article:

Aggravation de la douleur retardée après chirurgie orthopédique

Afin que les patients atteints de SDRC soient mieux pris en charge, ainsi que leurs douleurs, je suis en train de créer un complexe pour malades atteints de SDRC & de maladies rares.

Malheureusement, en France il y a des centre anti-douleurs qui ferment, d’autres ne prennent les patients après étude de leur dossier et par conséquent les patients attendent dans la douleur qu’une place se libère ou que leur dossier passe et cela est inadmissible, d’autant plus quand nous avons une pathologie rare & douloureuse